Des hommes et des femmes au cœur de la justice

L'Union Syndicale des Magistrats est le principal syndicat de magistrats de l'ordre judiciaire français. Apolitique, elle défend l'indépendance des magistrats, leurs intérêts matériels et moraux. Elle est membre fondateur de l'Union Internationale et de l'Association Européenne des Magistrats

Union Syndicale des Magistrats

Restez connecté à l’actualité de l’USM
 grâce à l’application et aux réseaux sociaux

17-03-2022

recrutementLes auditeurs de la promotion 2020 sont légitimement inquiets de la liste de postes en préparation les concernant.

L’USM a formulé à plusieurs reprises des demandes afin d’améliorer l’attractivité des juridictions de Mayotte et Cayenne notamment. Natacha Aubeneau, secrétaire nationale et rédactrice en chef du NPJ, a fait publier par la revue en ligne Actu-juridique un article sur ce thème.

S’agissant de Mayotte, nous avons enfin obtenu des avancées. Les annonces faites par le ministre en fin de semaine dernière font droit à plusieurs de nos revendications, ce que nous avons souligné dans un communiqué de presse diffusé aujourd’hui (lire ci-dessous), même si l’ampleur de certaines revalorisations restent à vérifier. Les difficultés vécues sur ce territoire sont enfin prises en compte.

Pour en revenir aux auditeurs, l’USM sera, comme chaque année, présente à leurs côtés à Bordeaux, pendant toute la durée de leur choix de poste, pour les aider et les soutenir. Nous leur apporterons des conseils sur les aspects statutaires et matériels, des informations sur la réalité des effectifs en juridictions grâce à des fiches actualisées par vos DR et Marie-Noëlle COURTIAU-DUTERRIER, SG adjointe de l’USM. Vous êtes également nombreux à vous être manifestés pour que vos coordonnées puissent leur être données pour les aider à faire leur choix. N’hésitez pas à continuer à le faire !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le ministère fait enfin droit à des revendications de l’Union syndicale des magistrats pour une justice de qualité à Mayotte

L’Union syndicale des magistrats dénonce depuis plusieurs mois la situation de grande fragilité de certaines juridictions d’Outre-Mer, et en particulier de Cayenne et Mamoudzou. L’Union syndicale des magistrats s’est adressée à plusieurs reprises aux ministères des Outre-mer et de la Justice pour alerter sur les difficultés, voire la détresse, de magistrats y étant en fonction. La tentative de suicide d’un jeune greffier à Mayotte, le 3 mars dernier, illustre la réalité du vécu de l’ensemble des personnels judiciaires, fonctionnaires comme magistrats : manque de soutien et sentiment d’abandon lors de la prise de poste !

L’Union syndicale des magistrats a exigé que des mesures concrètes soient enfin prises pour rendre ces postes plus attractifs et éviter d’y envoyer, chaque année, des sortants d’école parfois contraints. Cette année encore, il est annoncé pour ceux qui vont choisir leur première affectation dans quelques jours, entre 15 et 25 postes outre-mer. L’Union syndicale des magistrats a notamment demandé la limitation effective de la durée minimale des fonctions à deux ans au lieu de trois, la prise en charge pour toute la famille des billets d’avion ainsi que des frais de déménagement, l’avance des frais et des indemnités d’installation, la mise à disposition de logements de passage.

Jusqu’alors la volonté de porter politiquement ces mesures, au-delà des déclarations d’empathie de forme, était absente et la voix syndicale peu audible ou décrite comme « hors sol ».

Or, au cours de sa visite à Mayotte, les 11 et 12 mars, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti a enfin fait des annonces telles que la création d’une cité judiciaire. Il a également fait droit à certaines revendications matérielles urgentes : construction de logements, déplafonnement des aides au logement, recrutement d’un agent pour faciliter l’accueil des arrivants, réduction de la durée minimale de séjour, renforcement de l’encadrement et améliorations indemnitaires.

L’USM tout en se réjouissant de telles annonces poursuivra son action et surtout s’attachera à vérifier qu’elles sont effectivement suivies d’effet.
 
Selon Céline Parisot, Présidente de l’Union syndicale des magistrats, « Mamoudzou comme Cayenne, et bientôt Saint-Laurent-du-Maroni, sont des territoires français où la Justice doit pouvoir être rendue dans des conditions de dignité et de sécurité pour tous. Nous continuerons à défendre la vie et la sécurité des personnels qui sont en jeu ».

 
DERNIERE INTERVIEW




Recevez nos actualités gratuitement par e-mail