Des hommes et des femmes au cœur de la justice

L'Union Syndicale des Magistrats est le principal syndicat de magistrats de l'ordre judiciaire français. Apolitique, elle défend l'indépendance des magistrats, leurs intérêts matériels et moraux. Elle est membre fondateur de l'Union Internationale et de l'Association Européenne des Magistrats

Union Syndicale des Magistrats

Restez connecté à l’actualité de l’USM
 grâce à l’application et aux réseaux sociaux

19-05-2021

police5Police justice doivent se respecter et travailler ensemble ! S’opposer est non seulement dangereux mais contreproductif !!

Communiqué du 19 mai 2021 logo-pdf

L'USM exprime son soutien sans réserve aux policiers et gendarmes qui œuvrent quotidiennement sur le terrain dans des conditions d'intervention difficiles.

Les forces de l'ordre sont trop souvent la cible d’agressions, voire perdent la vie dans l’exercice de leurs fonctions, ce qui reste toujours inadmissible.

Ce constat déplorable ne résulte pas d'un prétendu laxisme de la justice : les statistiques démontrent que les peines prononcées sont de plus en plus sévères, le taux de réponse pénale est particulièrement élevé et le nombre de personnes détenues a progressé de 60% en 20 ans.

L’émotion légitime ne doit pas conduire à une surenchère répressive, dont l’efficacité n’est pas démontrée.

L’USM rappelle que police, justice comme pénitentiaire sont les acteurs d'une même chaîne pénale, laquelle souffre d'une insuffisance de moyens depuis plusieurs décennies, ce qui ne leur permet pas de remplir leurs missions respectives à la hauteur des attentes des citoyens. Ils subissent en outre des réformes rendant de plus en plus complexes leurs missions à moyens quasi constants. Ces évolutions sans cohérence sont encore illustrées par le projet de loi pour la confiance dans la justice, qui rend les enquêtes plus complexes tout en leur imposant d’être moins longues, sans moyens.

L'USM déplore que les ateliers sur les relations police justice du Beauvau de la sécurité se tiennent sans représentants des magistrats, ce qui ne crée pas les conditions du nécessaire dialogue entre police et justice. Ces institutions n'ont aucun intérêt à s'opposer, sauf à remettre en cause les fondamentaux de nos principes républicains et notamment la séparation des
pouvoirs.

DERNIERE INTERVIEW




Recevez nos actualités gratuitement par e-mail