Des hommes et des femmes au cœur de la justice

L'Union Syndicale des Magistrats est le principal syndicat de magistrats de l'ordre judiciaire français. Apolitique, elle défend l'indépendance des magistrats, leurs intérêts matériels et moraux. Elle est membre fondateur de l'Union Internationale et de l'Association Européenne des Magistrats

Union Syndicale des Magistrats

Restez connecté à l’actualité de l’USM
 grâce à l’application et aux réseaux sociaux

19-10-2020

carton_rougeMédiapart a révélé un nouveau conflit d'intérêts impliquant Eric Dupond-Moretti, le 2ème après sa nomination il y a 3 mois.

Communiqué de presse du 16 octobre 2020

A compter du 1er Septembre 2016, Edouard LEVRAULT a été détaché auprès des services judiciaires monégasques en qualité de juge d'instruction pour trois ans, renouvelables.

En marge d'un procès opposant Dimitri RYBOLOVLEV, homme d'affaires russe et monégasque, président de l'AS Monaco et Yves BOUVIER, marchand d'art suisse, le juge LEVRAULT a été chargé d'une information des chefs de corruption et de trafic d'influence mettant en cause de hauts dignitaires monégasques ainsi que des responsables des appareils judiciaire et policier.

Pendant toute la durée de ses investigations, le juge LEVRAULT a dû faire face à de nombreuses tentatives de déstabilisation. Finalement, alors que les autorités monégasques l'avaient assuré, fin 2018, de leur intention de renouveler son détachement, ces dernières ont soudainement préféré y mettre un terme sans qu'aucun grief ne lui ait été officiellement formulé. Cette éviction permettait ainsi d'interrompre le cours des investigations.

Cette situation, constitutive d'une atteinte flagrante à l'indépendance de la justice, suscitait l'intérêt de nombreux media. Sollicité à de multiples reprises, le juge LEVRAULT acceptait finalement de participer à l’émission Pièces à conviction afin d’y relater certaines des difficultés qu'il avait rencontrées dans la conduite de ses investigations, prenant le soin de ne le faire qu’une fois déchargé de ses fonctions.

A la suite de la diffusion de ce reportage, dans le cadre d'une interview donnée le 12 juin 2020 au journal Nice Matin, Eric DUPOND-MORETTI, intervenant en tant qu'avocat de l'un des policiers inculpés par ce magistrat, mettait en cause publiquement l'action de celui-ci, avant d'expliquer qu'il déposerait plainte et solliciterait que des suites disciplinaires soient engagées à son encontre.
Au même moment, son client écrivait à Nicole BELLOUBET, Ministre de la justice, afin que le Conseil Supérieur de la Magistrature sanctionne Edouard LEVRAULT pour sa prise de parole publique.

Répondant à la demande des autorités monégasques, Nicole BELLOUBET décidait le 26 juin 2020 de faire entendre Edouard LEVRAULT par son autorité hiérarchique, le Premier Président de chambre de la Cour d'appel d'Aix en Provence.

Le 6 juillet 2020, Eric DUPOND-MORETTI était nommé garde des sceaux et, dès le 31 juillet suivant, il confiait à l'inspection générale de la justice une enquête administrative concernant Edouard Levrault, à raison des propos tenus dans l'émission concernée.

Ne pouvant ignorer ni la plainte déposée en tant qu'avocat contre le juge LEVRAULT ni les objectifs exprimés par son client, le Ministre de la justice s'est une nouvelle fois et délibérément placé dans une situation de conflit d'intérêts.

Cette situation, caractéristique d'un abus de pouvoir et d'une instrumentalisation des services de l'Etat à des fins privées, ne saurait être admise dans un Etat de droit et apparaît d'autant plus surprenante qu’Eric DUPOND-MORETTI, du temps où il était avocat, ne cessait de fustiger toute forme de connivence au sein de l'institution judiciaire.


DERNIERE INTERVIEW




Recevez nos actualités gratuitement par e-mail